Version imprimable

A l’occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, qui aura lieu ce mardi 25 novembre, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH) lance la campagne nationale « La violence verbale aussi, ça fait mal ». En utilisant le slogan « Ça commence par un ‘Sale putain’, ça finit par un coup de poing », l’Institut attire l’attention sur les violences verbales et physiques commises sur les femmes.

La campagne s’adresse aux jeunes hommes et à leurs amis. Au moyen de slogans choquants relatifs à de la violence verbale, l’Institut souhaite souligner que cette forme de violence peut engendrer les L'affiche de la campagne 2014mêmes conséquences et mener à de la violence physique. L’Institut veut que les hommes prennent conscience de leurs propos et comportements. « Les hommes commettent plus souvent que les femmes des faits de violence. Cette campagne a pour objectif de les encourager à dire “non” à la violence à l’égard des femmes et à interpeller leurs amis s’ils sont (verbalement) agressifs envers leur partenaire », déclare Michel Pasteel, Directeur de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.

Belgique: la violence envers les femmes en quelques chiffres

• Selon une étude européenne à grande échelle publiée par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) en 2014, plus de 300 000 femmes ont été victimes de violence physique et/ou sexuelle en Belgique au cours des 12 derniers mois. Pas moins d’une femme sur 4 a indiqué avoir subi des remarques dénigrantes ou humiliantes de la part de son (ex-)partenaire, dans la sphère privée.

• En 2013, 61 028 cas de violence entre partenaires ont été enregistrés par le parquet, parmi lesquels 24 260 dossiers où il s’agissait de “coups et blessures”. Ce qui fait au total environ 167 cas enregistrés par jour.

• 157 cas de meurtres, assassinats ou tentatives en lien avec de la violence entre partenaires en 2013 ont été enregistrés par le parquet.

Plus d’info

La Campagne du Ruban Blanc

C’est un fait divers dramatique qui s’est déroulé le 6 décembre 1989 au Québec qui est à l’origine de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes : ce jour-là, un forcené armé s’est introduit dans l’Ecole polytechnique de Montréal et a froidement abattu 14 étudiantes en hurlant « Je hais les féministes ».

Le Ruban blancPour manifester leur rejet de la violence envers les femmes, des hommes québécois ont décidé de faire du 25 novembre une Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes et de porter un Ruban blanc, symbole pacifique, à leur boutonnière entre le 25 novembre et le 6 décembre, date anniversaire de la tuerie de Montréal.

C’est le point de départ de la Campagne du Ruban blanc qui est devenue internationale.