Version imprimable

Cette fin d’année 2014 est l’occasion de rendre hommage à deux pionniers de la lutte pour la dépénalisation de l’IVG (Interruption volontaire de grossesse) :

  • le docteur Willy Peers (né en 1924), défenseur, dès les années 50, de l’accouchement sans douleur et militant infatigable de la légalisation de l’avortement, est décédé, il y a 30 ans, le 30 novembre 1984.
  • Simone Veil, ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, présente au Parlement français son projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), dès son entrée en fonction. Férocement attaquée, y compris par des membres de la majorité, menacée par l’extrême-droite, conspuée pour ses origines juives, elle fait contre vents et marées voter la loi à l’Assemblée nationale le 29 novembre 1974, il y a 40 ans. La loi sera promulguée le 17 janvier 1975.

Willy Peers

« C’est en janvier 1973 que le nom de Willy Peers apparaît à la Une de tous les journaux. Le gynécologue est arrêté sur dénonciation anonyme pour avoir procédé à un avortement, acte interdit par une loi de 1867. Manif pour la légalisation de l'IVGIncarcéré pendant 34 jours, le médecin n’a jamais caché qu’il mène un triple combat : l’introduction de la méthode de l’accouchement sans douleur, la lutte en faveur de la contraception moderne et la modification de la législation. Depuis qu’il est diplômé de l’Université libre de Bruxelles dans les années cinquante, Peers donne des conférences sur le sujet et est un praticien bien connu, installé à Namur. En 1965, il avait d’ailleurs déjà subi une suspension de six mois. L’Affaire Peers déclenchée en 1973 va mobiliser l’opinion et finalement mettre fin à une longue hypocrisie. Faisant l’objet d’une première proposition de loi en 1971, la dépénalisation partielle de l’avortement ne sera finalement adoptée par les Chambres qu’en 1990 et sera émaillée par une ultime péripétie, le roi Baudouin se plaçant ‘dans l’impossibilité de régner’ pour ne pas avoir à sanctionner la loi ».

(Paul Delforge, octobre 2011).

http://connaitrelawallonie.wallonie.be/fr/wallons-marquants/dictionnaire/peers-willy#.VHhS18mT1m8

(Photo laicite.be)

Simone Veil

Simone Veil (années 70)Rescapée du camp d’extermination d’Auschwitz, Simone Jacob, née en 1927, a vu toute sa famille disparaître durant la guerre, à l’exception de ses deux sœurs. Dès son retour en France, elle entame des études de droit et de sciences politiques et rencontre Antoine Veil qu’elle épouse en 1946. Ensemble, ils auront trois fils.

En 1956, elle quitte le barreau, réussit le concours d’entrée dans la magistrature et devient haut fonctionnaire de l’administration pénitentiaire.

En 1974, après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la République française, elle devient ministre de la Santé et porte à bout de bras le projet de loi légalisant l’IVG. Elle restera ministre de la santé jusqu’en 1979, dans les gouvernements de Jacques Chirac et de Raymond Barre.

En juin 1979, elle est élue au Parlement européen où elle siègera jusqu’en 1993. Elle en sera la présidente de 1979 à 1982.

De 1998 à 2007, elle siège au Conseil constitutionnel et, élue à l’Académie française en 2008, elle est reçue sous la Coupole le 18 mars 2010 (Wikipedia, fr).

(Ph. http://tpesimoneveilsns.e-monsite.com/pages/page-5.html)