Version imprimable

Les politiques d'austérité budgétaire qui se sont imposées sous la pression de l'Union européenne soumettent depuis plusieurs années les peuples européens à des trains de mesures rétrogrades qui provoquent privatisations, démantèlement des services publics, chômage de masse, précarisation et misère. La principale victime de cette politique orchestrée sous la houlette de l'Allemagne est aujourd'hui la Grèce, mais comment savoir si demain l'Espagne, le Portugal ou la Belgique ne seront pas dans le collimateur des technocrates (non élus) européens et de leurs alliés la BCE, le FMI, éventuellement la Banque mondiale ?

Le samedi 9 mai, de 10 à 17h, le CVFE et AAA (Alliances pour des Alternatives à l’Austérité) proposent une « Journée d’auto-formation, de réflexion et de recherche de pistes autour des politiques d’austérité », au siège social du CVFE (rue Maghin, 11 à 4000 Liège).

Au programme, plusieurs ateliers qui se dérouleront de 10 à 13h et de 14 à 17h :

  1. TTIP : un conte pour doux rêveur ou le rêve américain ? (10-13h/14-17h)

« Le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI, TTIP en anglais), également connu sous le nom de Traité de libre-échange transatlantique (TAFTA en anglais), est un accord commercial en cours de négociation entre l'Union européenne et les États-Unis prévoyant la création en 2015 d'une zone de libre-échange transatlantique souvent appelée grand marché transatlantique. Si le projet aboutit, il instituera la zone de libre-échange la plus importante de l'Histoire, couvrant 45,5 % du PIB mondial. Ses défenseurs affirment que l'accord conduira à une croissance économique pour les deux parties tandis que les critiques soutiennent notamment qu'il augmentera le pouvoir des entreprises face aux États et compliquera la régulation des marchés » (Wikipedia).

Et bien plus encore, dans la mesure où il imposera l’alignement des normes (notamment sanitaires et de qualité) européennes sur les normes américaines, beaucoup moins strictes (et donc plus dangereuses) et aura comme autre objectif la privatisation des services publics (notamment de santé et d’éducation), portant de la sorte un coup fatal à l’organisation sociale des sociétés européennes.

En conséquence, il faudrait être endormi pour y croire, car il ne s’agit de rien d’autre que d’un contournement des accords de l’OMC afin de remettre les clefs de nos états aux sociétés privées, comme c’est déjà le cas d’un autre traité que les USA ont ratifié : l’ALENA (accord USA-Canada-Mexique).

Doit-on ratifier ce traité ? Si oui, que nous apportera-t-il ? Quel seront les changements dans notre société et vie de tous les jours ? Questions que les citoyen-n-e-s sont en droit de se poser et auxquelles les médias et politiques ne répondent pas.

  1. Austérité : les femmes s’en mêlent (10h-13h) (par le groupe Ginger).

L'affiche du jourLes politiques d’austérité concernent « les 99 % », mais l’homme le plus pauvre de Belgique est probablement une femme… immigrée. Par quels mécanismes ? Quel est l’état de nos droits ? Comment s’organiser, hommes et femmes, avec punch et humour ? Au programme : «  Bingo de l’austérité », vidéos, B-a.ba de l’action directe féministe, etc.

  1. Défendre la sécurité sociale ? Réduire le temps de travail ? (10h-13h/14h-17h.)

Attaquée de toute part depuis 30 ans la sécu constitue un enjeu colossal de la lutte de classe. En quoi ? Pourquoi ? Comment ? Faut-il aujourd'hui la laisser filer parce que devenue obsolète comme système de protection sociale et instrument de disciplinarisation du salariat.

Faut-il au contraire réanimer et réactualiser ses principes et ses mécanismes de base parce qu'elle constitue potentiellement une subversion du capitalisme ? Mais à partir de quelle(s) revendication(s) politique(s) plus précise(s) ? Avec quelle ancienne ou nouvelle lecture politique émancipatrice ?

  1. Atelier économie politique (10h-13h/14h-17h) (avec Patrick Dessart et Jérémie Cravatte)

Comprendre que notre système capitaliste, comme tout système social, repose sur des conventions et croyances, et donc qu'un changement vers un autre système implique d'adopter d'autres conventions et croyances. Situer le capitalisme dans l'histoire de l'humanité, comprendre qu'il n'est pas éternel, et même qu'il est vital d'en sortir.

Pour terminer la journée, soirée Benefit, à partir de 18h au Zénith (rue jean d’Outremeuse, 17 à 4020 Liège) :

-      Venez partager notre mega couscous ! (4 euros végés/6 euros carnivores).

-      Concerts à prix libre : LE CHAT SEC (B), KNULP (F).

-      Bar–bières spéciales.  

Inscriptions : ateliers/soirée : aaa [dot] liege [at] gmail [dot] com