Un appel international à la grève des femmes a été lancé ce mercredi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Cette action s’inscrit dans un mouvement de protestation général porté par les femmes, un mouvement aux ramifications souterraines, aux multiples visages. Un mouvement qui prend corps et commence à faire entendre sa voix. À nous d’en saisir tous les enjeux et toutes les promesses… En attendant la publication de notre prochaine analyse consacrée aux récentes marches des femmes et à la dimension rassembleuse, inclusive du féminisme, quelques mots sur cet événement particulier.

 

Autour et au-delà de la Women’s March, les femmes se mobilisent et catalysent les luttes

https://www.flickr.com/photos/mobili/32593123745/Le 21 janvier dernier, des milliers de personnes se mobilisaient pour marcher dans les rues de centaines de villes, aux quatre coins du monde. La mobilisation pour la Marche des femmes sur Washington, organisée en réaction à l'investiture de Donald Trump, a largement dépassé le cadre de la capitale américaine et a reçu l’adhésion de nombreux mouvements sociaux. Ce ne sont pas seulement des femmes américaines qui ont réagi à l'appel lancé par les organisatrices de la marche, mais des millions de personnes à travers le monde, des individus de tous âges, genres, origines ethnique et sociale, unis autour de revendications communes.

La Women’s March, par l’écho international dont elle a bénéficié, la diversité des luttes et des minorités qu’elle a fédérées, est un événement dont l’ampleur mérite d’être mise en valeur et questionnée. Mais elle n’est que la face émergée d’un mouvement plus large, aux racines profondes, qui a germé en silence, avant que le relais médiatique ne l’exhume et n’en arbore les bourgeons. Tout porte à penser que l’on assiste aujourd’hui à une « effervescence féministe renouvelée »[1]. Des mouvements politiques portés par les femmes se sont en effet multipliés un peu partout ces derniers mois : du Czarny Protest (Black Protest) polonais en septembre contre la nouvelle proposition de loi anti-IVG, à la Women’s March états-unienne en janvier, en passant par la grève islandaise contre le gender gap pay en octobre et les actions irlandaises contre le 8ème amendement (qui interdit l’avortement en Irlande). En février, plusieurs mobilisations ont eu lieu contre la dépénalisation de la violence domestique en Russie, sur le territoire russe mais aussi en France. Le mouvement italien « Non Una di Meno » (inspiré du mouvement argentin « Ni Una Menos ») luttant contre les violences faites aux femmes et la culture patriarcale, vient quant à lui de relayer l'appel international à la grève des femmes ce jeudi 8 mars.

 

https://www.flickr.com/photos/garryknight/32979190496/in/photostream/

De la Women's March à la Women's Strike 

 Un projet de grève des femmes a été lancé par les organisatrices de la Women’s March on Washington, dès le 14 février dernier. Il s’inscrit dans le panel des actions que les organisatrices ont prévu de développer après le 21 janvier, et répond à la « journée sans immigrés » (« day without immigrants ») organisée aux USA le 16 février dernier et appelant les migrants à boycotter leur emploi, leurs cours et leurs courses en réaction au décret anti-immigration promulgué par Donald Trump. En appelant les femmes à faire la grève ce 8 mars, il s’agit pour les organisatrices du mouvement américain de montrer « la valeur énorme que les femmes de tous milieux apportent au système socio-économique, alors qu’elles bénéficient de salaires moins élevés et doivent faire face à des inégalités plus grandes, des comportements discriminants, du harcèlement sexuel et des emplois précaires »[2]. Comme c’était le cas pour la Women’s March, l’aspect intersectionnel et international de la démarche est mis en avant : « dans un esprit de solidarité et d’ouverture internationale, ce 8 mars sera aux USA une journée d’action organisée par et pour les femmes qui ont été marginalisées et réduites au silence par des décennies de néolibéralisme établi au détriment des travailleuses, des femmes de couleur, des femmes « natives », des femmes handicapées, des femmes migrantes, des femmes musulmanes, des femmes lesbiennes queer et trans »[3].

Des grèves polonaises à l'International Women's Strike 

La Women’s Strike s’inscrit dans un mouvement amorcé dès le mois d’octobre en Pologne. Au départ d’une grève nationale, face au nombre croissant des mobilisations féministes à travers le monde et à l’urgence de mener une lutte efficace et coordonnée, des militantes polonaises – prenant exemple sur le premier mouvement de grève des femmes international, lancé par des Islandaises en 1975 – ont cherché à donner une dimension internationale à la grève qu’elles avaient initiée. Elles ont à cette fin contacté les femmes du mouvement argentin « Ni Una Menos », et décidé avec elles de lancer un mouvement de grève international le 8 mars, journée des droits des femmes, scandé par le slogan « la solidarité est notre arme ». « The International Women’s Strike » s’est ensuite lié et coordonné au mouvement de la Women’s March qui lui apporte en retour son soutien. L’appel à la grève est soutenu par la Confédération Syndicale Internationale qui rassemble la majorité des syndicats du monde, et est aujourd’hui relayé par 49 pays, dont l'Argentine, l'Australie, la Bolivie, Bosnie-Herzégovine, le Brésil, le Tchad, le Chili, la Corée du Sud, le Costa Rica, le Cambodge, la Colombie, la République tchèque, l'Écosse, l’Espagne, l'Equateur, l'Angleterre, la France, les Fidji, la Finlande, la Hongrie, l'Allemagne, le Guatemala, le Honduras, l'Irlande du Nord, la République d'Irlande, la République dominicaine, Israël, l'Italie, le Mexique, le Monténégro, le Nicaragua, la Norvège, le Panamá, le Paraguay, le Pérou, le Pakistan, la Pologne, le Portugal, la Russie, le Salvador, le Sénégal, la Suède, la Thaïlande, la Turquie, l‘Ukraine, l'Uruguay, les États-Unis et le Venezuela. 

(c) Jennifer Orkin, https://resistsubmission.tumblr.com/

 

Revendications et moyens d’action du mouvement

À l’occasion de la Journée de lutte pour les droits des femmes, les femmes sont appelées à se mettre en grève contre les nombreuses violences physiques, économiques, politiques, verbales ou morales qui leur sont faites quotidiennement. Les revendications, dans leur nuances et leurs modes d’application, diffèrent selon les pays.

Concrètement, les femmes sont invitées à stopper leurs activités ce mercredi 8 mars, durant la journée entière ou à 15h40, heure à laquelle elles pourraient arrêter de travailler compte tenu de la différence salariale existant entre les femmes et les hommes (26%). De nombreuses actions sont prévues dans chacun des pays mentionnés ci-dessus. En Belgique, ce n’est pas la grève qui a été privilégiée comme mode d’action principal : la mobilisation prendra des formes variées. Samedi dernier, une manifestation a déjà eu lieu à Bruxelles, organisée dans le cadre de la marche mondiale des femmes, pour protester contre les violences économiques dont sont victimes les femmes, qui sont les premières à être touchées par les politiques d’austérité. Marches, rassemblements, conférences-débats : à chacune de choisir la forme de militantisme qui lui convient le mieux !

 

L’heure est au changement. Sans savoir la forme que prendront les luttes de demain, chaque femme, chaque homme peut aujourd’hui choisir de poser un regard lucide sur sa situation et décider des rapports qu’il souhaite entretenir avec son environnement. L’environnement, c’est-à-dire la foule des êtres vivants et des choses qui nous entoure, le contexte matériel et social dans lequel nous évoluons. Militer, c’est prendre position. C’est refuser de contribuer à entretenir un système producteur de misère et d’injustices. C’est faire un pas hors de l’impuissance et participer consciemment à la marche du monde.

 

 

[1] «  "Non Una di Meno" : les féministes italiennes vers la grève transnationale du 8 mars », in Contretemps. Revue de critique communiste, 27 février 2017.

[2] https://www.womensmarch.com/womensday

[3]  https://www.womenstrikeus.org/

Par Héloïse Husquinet
Date: 07/03/2017 à 23:21

Au Point Culture de Liège, à partir de 10h.

Femmes artistes de leur vie : avec Lisette Lombé et avec l’asbl Mode d’Emploi

Plus d’infos : https://www.pointculture.be/agenda/evenement/femmes-artistes-de-leur-vie/

Au Cinéma Sauvenière, à 17h.

La Culture au service des droits des femmes, deux films proposés par les FPS : Les figures de l'ombre à 17h. et 3000 Nuits à 20h.

Plus d’infos : http://www.femmesprevoyantes.be/event/journee-droits-des-femmes-cinema/

A la Cité Miroir, à partir de 9h.

Carrières, trajectoires professionnelles et conditions de travail des femmes scientifiques, proposé par Egid-Ulg et le Cripel

Plus d’infos : http://www.citemiroirhttp://8mars.info/.be/fr/activite/carrieres-trajectoires-professionnelles-et-conditions-de-travail-des-femmes-scientifiques

Pour en savoir plus sur la journée du 8 mars :http://8mars.info

" Il a fallu cent ans pour effacer les discriminations les plus criantes entre les hommes et les femmes, mais qu’attend-on pour abroger celles qui restent ? "

Benoîte Groult - Extrait de Ainsi soit-elle - 1975

Par Anne Delepine
Date: 03/03/2017 à 19:24

L'émission Mille et une Vies, co-animée sur France 2 par Frédéric Lopez et Sophie Davant, a consacré tout récemment une émission aux violences conjugales. Afin de souligner les conséquences de ces violences sur celles et ceux qui en sont victimes, en particulier les enfants, tout en mettant en lumière le travail mené pour leur venir en aide, le choix de la chaîne française s'est porté sur le CVFE pour l'un de ses reportages. Vous trouverez ici le lien vers le reportage. Et celui vers l'émission. 

Par Héloïse Husquinet
Date: 15/02/2017 à 14:34


SOFFT, le centre de formation du CVFE, accompagne des femmes demandeuses d'emploi dans la réalisation d'un projet personnel et professionnel afin de les aider à (re)prendre une place active dans la société.

Avec la formation EXPLORE, découvrez l'informatique technique de manière pratique et simple, élaborez un projet professionnel en lien avec les métiers du secteur, exercez-vous dans un stage, apprenez des techniques de recherche-emploi !

LES PROCHAINES SÉANCES D'INFORMATION sur la formation "Explore" auront lieu les jeudi 08/02, vendredi 10/02, lundi 13/02 et jeudi 16/02 à 10h.

Participer à l'une de ces séances avant de suivre la formation est une étape indispensable. 

N'hésitez pas à vous inscrire et à partager l'information autour de vous !

Pour plus de renseignements : 

Page facebook de SOFFT, ici 

Site de SOFFT, ici  

Tél. : 04/250.96.86

Programme de la formation :

  • Module d'élaboration du projet professionnel : Affirmation de soi
  • Gestion du stress et travail en équipe
  • Bilan de compétences et découverte des métiers
  • Stage Recherche active d'emploi
  • Module de démystification et d'initiation : Internet/Word/Excel
  • Système d'exploitation Windows, DOS et Linux
  • Architecture d'un ordinateur
  • Logique de programmation
  • Logique de fonctionnement d'un réseau
  • Conception de bases de données
  • Infographie et création de site
  • Anglais technique
Par Héloïse Husquinet
Date: 07/02/2017 à 13:03

Les Batelières de l’Espoir ont fait l’objet d’un documentaire ! Sophie Louwette, réalisatrice amatrice et passionnée, a choisi de braquer sa caméra sur les Batelières de l’Espoir, groupe d'Éducation permanente du CVFE, dans le cadre des ateliers documentaires organisés à la Zone autour de la thématique « (dés)enfermement ».

"Des femmes qui ont subi de la violence n'oublient pas que leur force c'est l'unité. Dans leur groupe de parole, la solidarité leur donne courage, force, confiance pour avancer et construire leur vie."

 Un bel hommage à la lutte contre les violences faites aux femmes !

La projection est prévue le dimanche 12 février à 17h à la Zone, quai de l’Ourthe 42 – 4020 Liège.  

Lien facebook de l'événement, ici

 

Sur les activités réalisées par les Batelières de l'Espoir et les pratiques d'Éducation permanente du CVFE, voir nos récentes publications:  

Face à la violence, que peut l'espoir ?

Battre les cartes, échanger les places, partager les savoirs. Immersion dans un groupe d'éducation permanente.  

 

 

 

Par Héloïse Husquinet
Date: 23/01/2017 à 12:19