Version imprimable
Auteur: 
Florence Laffut
Date de publication: 
12/2017

Les violences gynécologiques et obstétricales dénoncées aujourd’hui témoignent de la persistance de la domination masculine, qui se traduit aussi par un contrôle puissant de la médecine sur la vie des femmes, de leur naissance à leur mort, en passant par la grossesse et la ménopause. Pour se réapproprier leur corps et les questions liées à leur santé ou à la maternité, les femmes s’impliquent dans des recherches, dans des réflexions et des pratiques collectives, critiquant et subvertissant un pouvoir patriarcal qui se perpétue à travers les institutions.